Europe des 70s

 

 

 

C’est un monde coloré et joyeux, dans lequel on mange et on chante ensemble dans la rue, sur les places, en mangeant des fruits et des légumes colorés, ceux-là mêmes (ou d’autres) qu’un artiste – qui ne se prend pas pour tel – peint dans l’idée que son alphabet visuel va devenir le nouvel espéranto

Non, cette utopie tranquille ne sort pas d’un roman d’anticipation mais de deux œuvres que l’on peut déguster actuellement : le documentaire de Nanni Moretti, Santiago, Italia et l’exposition Vasarely au centre Pompidou. Concomitance involontaire mais significative : oui, l’Europe a pu être créative, généreuse, humaniste proclament ces deux événements…

Elle l’a été souvent dans son histoire. Elle le sera encore, espérons-le. Les années 70, psychédéliques et économiques, en représentent une acmé. On l’avait un peu oublié sous tant de millénialisme et de transhumanisme, de défaitisme et de souverainisme…

Se ressourcer aujourd’hui dans la belle énergie de ce moment ante-cristique est un bonheur. Et une médecine utile…

Mariette Darrigrand

Facebook
Twitter
LinkedIn