ENFANT

L’enfant n’est pas lié à l’âge mais au langage. Etymologiquement, il est celui qui ne parle pas encore. Celui qui est in-phari– « phari » voulant dire « parler » en latin.

L’enfant évidemment parle avant de parler. Il a des gestes, des sourires, des sons pour communiquer. Il a ses mots à lui, ses codes. Parler avec l’enfant est donc possible à condition de lui emprunter son langage crypté tout en lui apprenant des notions que peu à peu il va intégrer à son babil. C’est bien cela l’éducation.

Emmanuel Macron a fait une sorte d’acte éducatif avec le duo Mc Fly et Carlito, comme le montre la vidéo aux 10 millions de vues. En fait, elle était assez édifiante, presque une leçon d’instruction civique. Kilian Mbappe, appelé sur son portable par le président, en a donné la preuve, lui l’enfant merveilleux du foot qui est aussi un enfant de la République : modèle idéal de travail, de politesse, lui dont le parler est à la fois bien de son temps et bien élevé .

Les jeux de rôles et les roulades sur l’herbe des deux comiques invités dans les jardins de l’Elysée, en a donné la version potache. De même,  La souris verte, jouée tout à la fin par le groupe de métal nantais Ultra Vomit…

Grâce à tous ces signes infantiles, Emmanuel Macron a montré qu’il ne faisait pas l’erreur de parler pas aux djeunes – de toute façon partis loin de la politique (abstention) ou vers des rives autoritaires qui les rassurent (RN). Il a parlé à cet être mi-sociologique, mi-mythique :  l’enfant de la télé, l’enfant-roi, le petit prince des modes de vie. Celui qui dicte tant de modes de consommation aujourd’hui.

Dictera-t-il aussi les prochaines élections ?

Mariette Darrigrand

Facebook
Twitter
LinkedIn